Entrée dans l’atelier, premières émotions

By 26 août 2011 Blog 2 Comments
l-envers-du-decor-de-masterchef-2-10523588uetdf_1879

Je me revoie traîner des pieds vers la porte de chez moi. Mon chéri porte mon bagage et m’emmène jusqu’à l’extérieur. Je le regarde mettre silencieusement ma valise à l’arrière du taxi. Je peine à quitter le seuil de la porte. Il arrive vers moi et m’attrape dans ses bras. Ses lèvres cherchent mon oreille. « Je crois en toi. » Je peine à retenir mes larmes. A sourire. A montrer l’énorme palpitation que j’ai en moi. Quand le reverrai-je? « Bats-toi ! ». « Tu le sais, que c’est pour nous que je fais ça. Pour plus tard. Pour réussir… » chuchote-je. Je l’embrasse et m’enfuis dans le taxi. Mon regard se baisse pour m’empêcher de regarder sa silhouette s’éloigner. Et je sens une force incroyable m’envahir. Je vais me donner comme jamais.

Nous voici rentré dans le monde de l’atelier !

Une salle incroyable dédiée à la cuisine. Tout un coin à ustensiles divers, une épicerie énorme. J’ai le souffle coupé, je suis excitée et tellement heureuse, puis le stress m’envahit. Jusqu’où j’arriverai à aller? 21 candidats et 1 seul gagnant. Le rêve qu’on a tous. Plus j’y pense et plus je semble perdre les moyens. Mes mains tremblent, ma respiration est difficile. Mais jamais, pourtant, j’ai autant cru à quelque chose. Alors… allons-y gaiement !

Entrée dans l’atelier

Après un petit Pot-au-Phô qui m’a largement amusée, l’affreuse épreuve de reconnaissance que je redoutais tant. Normal, avec ma cuisine d’étudiante… Partir peu confiante, c’est déjà une mauvaise idée. Mais quand en plus, je me retrouve devant tous ces poissons, que je les cite dans ma tête, et que je pars en premier sur un poisson dont je ne suis pas certaine… Entrée en fanfare par la première épreuve sous-pression. Même si j’aurais désiré me donner la pire claque de ma vie à ce moment là, avec le recul, je me dis que grâce à cette épreuve, j’ai gagné une certaine confiance. J’en ressors indemne avec ma copine Emilie. Ce dont j’imaginais pas une seconde, c’est le déchirement senti en voyant le premier candidat de l’atelier s’en aller. Ca va continuer à faire mal comme ça. A peine remise de nos émotions qu’une nouvelle épreuve en équipe commence.

Elisabeth, c’est une nana que j’adore. Une femme incroyable, talentueuse… puis qu’est-ce qu’elle est drôle. Être appelée pour me joindre à son équipe m’a flattée à mourir. C’est fou de se retrouver dans une équipe et d’avoir un seul but : l’emmener à la victoire. Toute petite et jeunette que je suis, je sens mon torse s’enfler. Ca allait le faire !… Et bizarrement, aujourd’hui, alors que cette épreuve s’est terminée il y a bien longtemps et qu’on a perdu Colin, j’ai encore l’impression d’avoir gagné cette épreuve. J’ai découvert des gens qui allaient prendre une place importante pour moi.

 

 

2 Comments

  • GERTEN PASCALE dit :

    douce Nathalie, cette photo où tu attends de savoir si tu feras le teste sous pression me rappelle combien nous aussi nous étions sous pression ce soir là … ma fille Lauryne n’a pas voulu aller se coucher tant qu’elle ne savait pas si tu allais ou non continuer l’aventure ….. comment ne pas céder, j’étais moi même si « excitée » !!!! mais ouffff tu es restée pour continuer de nous donner beaucoup de plaisir
    kiss kiss

  • anouschka dit :

    dégoutée que tu sois partie. pour moi t’étais la meilleure. Mais fallait un garçon et une fille pour la finale. c’est toujours comme ça. j’espere que tu réaliseras ton rêve.je suis sure que tu t’es faites remarquée par les grancs chefs.
    on va te suivre… et je vais essayer tes recettes!!!!
    inchallah pour la suite

Leave a Reply